Conseils Achat Appareil Photo

Le guide des fonctions

Le but de cet article est de recenser les fonctions que l’on retrouve le plus souvent sur le marché et d’en faire une analyse rapide mais concise pour vous aider à faire votre choix lors de votre achat. Si une fonction n’est pas listée ici et que vous aimeriez qu’elle y figure, n’hésitez pas à me contacter à l’aide du formulaire dans la rubrique Contact.

Reconnaissance de visages

Le principe : L’appareil photo est non seulement capable de reconnaître un visage humain du reste de la composition, mais en plus il peut faire la différence entre plusieurs utilisateurs enregistrés. Ainsi, il pourrait alors maintenir la mise au point sur les visages importants et non pas sur un total inconnu qui passerait devant l’appareil par inadvertance. En plus de ça, il peut tagger la photo avec le nom de la personne reconnue pour vous permettre ensuite de réaliser un classement de vos photos en fonction des gens qui sont dessus.

Verdict : Cette fonction est une vaste fumisterie ! De toutes les fois où j’ai eu l’occasion de l’essayer, je dois avouer qu’effectivement l’appareil a réussi à reconnaître un visage d’un vase, ou encore d’une plante verte. Mais pour ce qui est de la reconnaissance précise d’une personne, ça ne fonctionne quasiment jamais ! Concrètement, c’est typiquement le genre de gadget dont vous ne vous servirez jamais. 

 

Mode Macro

Le principe : Beaucoup d’appareils photos (compacts et bridges, mais aussi objectifs pour reflexs) se vantent d’avoir un mode macro. Mais qu’est-ce que c’est exactement ? La macrophotographie est l‘art de tirer le portrait aux petits sujets (insectes, fleurs, etc.). Mais pour qu’un objectif soit réellement « macro » il doit être capable de reproduire le sujet à sa taille réelle sur le capteur de l’appareil photo. En gros, une pièce de 20 mm doit faire 20 mm sur le capteur. On appelle cela un ratio 1:1, et c’est assez rare de le rencontrer. Ainsi, souvent, les fonctions macros sont en fait de la proxy photographie, le sujet est grossi mais pas assez pour être appelé macro.

Le verdict : Même si bien souvent le mode macro n’est en fait qu’un mode proxy, disposer d’une telle fonction est toujours un petit plus sympathique. On ne fait pas de la photo rapprochée tous les jours, mais en été, lorsque les rues sont en fleurs et que papillons et coccinelles offrent leurs couleurs au photographe, le mode macro est bien pratique !

Détecteur de sourires

Le principe : Faisant référence à une supposée frustration provenant de la part d’utilisateurs incapables de rester concentrés plus de 2 secondes sur la moindre tâche, le détecteur de sourire a été inventé pour faire le boulot à votre place. En gros, alors que vous êtes en train de composer votre photo, l’appareil reconnaît le moment où votre sujet dégaine son plus beau sourire et, ni une ni deux, déclenche la prise de vue.

Verdict : Avant même d’être développée et de sortir dans le commerce, cette fonction était déjà une mauvaise idée ! Déclencher automatiquement la photo lorsque le sujet sourit ? Mais qui paierait pour avoir un tel gadget inutile ? Ce concept n’a objectivement pu sortir que de la tête d’un ingénieur ou d’un mec du marketing qui n’a jamais pris de photo de sa vie. Le problème N°1 du photographe n’est pas la présence ou non d’un sourire, mais bel et bien les yeux fermés ou mi-clos. Voilà une fonction qu’il serait intéressant de développer, mais le sourire… franchement, on s’en moque pas mal ! D’autant que non seulement ça ne vous garantit pas d’obtenir une photo réussie, mais en plus si votre sujet sourit avant que vous ne soyez prêt vous allez vous retrouver avec des dizaines de photos non voulues. À éviter !

Panorama automatique

Le principe : Si l’objectif de votre appareil photo n’est pas assez large pour capter l’intégralité d’un paysage, vous devrez alors créer un panorama par assemblage de photos. Cette technique mélange compétence de prise de vue et de retouche informatique. Ce n’est pas le genre de choses que l’on fait lorsqu’on débute. Voilà pourquoi certains appareils proposent des fonctions panorama intégré. Vous commencez votre prise de vue à un point, puis vous tournez sur vous-même (enfin plus exactement c’est l’appareil photo qui doit tourner sur lui-même), et le logiciel dans le boitier capture puis assemble automatiquement les prises de vues successives. En quelques secondes, vous obtenez un fichier panoramique directement dans votre appareil photo.

Verdict : Dans les premiers temps assez mauvaise, cette fonction est aujourd’hui bien maîtrisée par les appareils de nouvelles générations. La prise de vue est fluide, et l’assemblage est plutôt bon sans trop de bugs. Au final, c’est donc assez pratique et fonctionnel ! On se prête rapidement au jeu du pano, et on développe sa créativité ! C’est bien !

Anti yeux rouges

Le principe : Tout le monde connaît cette fonction, un flash déclenche plusieurs éclairs avant de prendre la photo pour que les iris des yeux du sujet soient suffisamment fermés, évitant alors les fameux yeux rouges. Tous les appareils proposent cette fonction… mais faut-il réellement l’utiliser ?

Verdict : Il faut reconnaître que cette technique fonctionne assez bien pour éviter l’effet yeux rouge, en revanche, la contrepartie est chère puisque vos sujets seront complètements assommés de lumière et ils feront des têtes pas franchement joyeuses ! Les yeux ne sont pas rouges, mais les visages sont blancs et les sourcils froncés. Pas top ! D’une manière générale, il vaut mieux essayer de ne jamais avoir recourt au flash intégré d’un appareil photo… Ce dernier n’est JAMAIS bon ! Et si vous n’avez pas le choix, alors servez-vous du flash mais sans utiliser la fonction anti yeux rouge pour ne pas tuer le peu de naturel qui ressortirait de l’image. Si les yeux rouges apparaissent sur la photo, servez-vous de la fonction « effacement des yeux rouges » intégré dans la quasi-totalité des appareils photos et qui donne d’excellent résultats.

HDR intégré

Le principe : Je pourrais faire des pages entières sur le sujet du HDR tellement cette thématique est vaste. Pour faire très simple, disons qu’il arrive que votre appareil photo soit coincé dans certaines situations lumineuses. Les zones très claires et les zones très foncées sont trop prononcées pour que l’appareil puisse réussir à correctement capturer les deux. Résultats, vous obtenez alors une image avec des zones claires totalement blanches, ou des zones sombres complètement noires. Le HDR permet d’éviter ça puisque l’appareil ne va pas se contenter de prendre une seule photo, mais 3, 5 ou 7 avec des expositions différentes. Ensuite, il garde le meilleur de ces dernières et les assemble pour créer une photo convenablement exposée partout.

Verdict : Chez les photographes pros, réaliser manuellement un HDR réaliste représente déjà une grosse quantité de travail, alors autant vous dire qu’une fonction automatique sans intervention humaine est un pari très risqué. Le rendu de ce genre d’image est souvent saturé et peu naturel. Il n’en reste pas moins que cette fonction pourra réellement vous dépanner et vous permettre de prendre une photo lorsque cela aurait été impossible sans. Si vous avez le choix, préférez un appareil qui offre des options de paramétrage lors de la réalisation du HDR et optez pour le rendu le plus naturel possible. C’est donc un oui timide, mais un oui quand même.

Prise de vue anticipé

Le principe : Cette fonction n’est, pour le moment, disponible que sur un seul appareil, le Nikon compact expert 1 V1. J’en parle parce que c’est tellement énorme que je suis certain que nous la retrouverons bientôt chez la concurrence. L’idée c’est que lorsque vous enclenchez la fonction « Sélection automatique », l’appareil réalise une série de 20 photos en rafale, dont certains sont prise avant même que vous n’ayez appuyé sur le déclencheur. Ensuite, il fait le tri et n’en conserve que 5, qu’il considère être les meilleurs. C’est là que la fonction de reconnaissance des visages sert enfin à quelque chose puisqu’il élimine seul les photos avec les yeux fermés.

Verdict : Arnaque ou réelle utilité ? L’idée n’est pas si mauvaise à vrai dire, il arrive que l’on rate effectivement le moment décisif parce qu’on appuie trop tard sur le déclencheur, mais ça reste assez rare. La procédure proposée est assez lourde, car elle consomme beaucoup de ressources (tant que le mode est activé, l’appareil prend des photos en continu, qu’il efface aussi tôt si vous n’appuyez par sur le déclencheur). C’est donc pratique, mais pas franchement vital. 

Format RAW

Le principe : Le Raw est un type de format de fichier pour vos photos. Lorsque l’appareil capture une image, celle-ci est convertie d’une information analogique (la lumière), en une information numérique (les pixels). Une image brute est alors créé, que la plupart des appareils amateurs convertissent rapidement en Jpg, le format standard et passe-partout. Mais sur les appareils plus avancés, il est possible d’enregistrer vos photos au format brut, qui offre beaucoup plus d’informations et de souplesse d’utilisation pour la retouche.

Verdict : Le Raw est un format qui pourra sauver vos photos, et que votre appareil vous propose cette fonction est franchement un must ! Certes, les photos pèsent alors plus lourd et vous pouvez en stocker beaucoup moins que si elles étaient enregistrées en Jpg. Mais c’est un faux problème car aujourd’hui les cartes-mémoire de grande capacité ne valent plus rien. Si vous avez le choix, prenez l’appareil qui propose le format Raw, mais surtout, servez-vous en !

GPS

Le principe : Un GPS, tout le monde connaît : ça vous permet de montrer le chemin d’un point A à un point B. Alors, à quoi bon ajouter une puce GPS sur un appareil photo ? Eh bien, c’est simplement pour pouvoir géo-taguer vos photos à l’endroit où elles ont été réalisées. Et ? C’est tout.

Le verdict : Clairement, vous n’achèterez pas un appareil photo par rapport à un autre parce qu’il propose une fonction GPS. C’est un petit plus qui permet de classer rapidement ses photos dans les logiciels compatibles, comme Lightroom par exemple. Pas essentiel, mais rigolo.

Puce WIFI

Le principe : ENFIN ! Le WiFi est LA fonction que tous les appareils photos devraient posséder. Grâce à cette petite puce de pas grand chose, vous pouvez simplement et rapidement partager vos photos. Oui, absolument, le WiFi offre la possibilité de transférer sur un ordinateur, un smartphone, une tablette les photos de votre appareil. C’est pratique, simple et efficace. Un vrai plus !

Le verdict : Faut-il acheter un appareil photo parce qu’il possède une puce WiFi ? Evidemment, ce ne doit pas être le seul critère de choix. Mais il faut reconnaître que parmi les nouveaux gadgets à la mode du moment, celui-ci est vraiment utile et efficace. Certains appareils photos pourront même être contrôlés à distance depuis un smartphone grâce au WiFi ! Alors si vous avez le choix, prenez un appareil photo avec WiFi intégré.

NicolasLe guide des fonctions

Related Posts

Comments are closed.